EN HAUT
21 Oct

Celle qui tourne la page #2

Femmes de Dictateur de Diane Ducret

Après une semaine agitée de silence me revoici avec un nouvel article !

Je viens juste de terminer Femmes de Dictateur et j’ai beaucoup apprécié ce livre assez connu sur les femmes (mais pas que!) ayant partagé la vie de célèbres dictateurs et écrit par une femme, Diane Ducret. C’est le premier livre de cette auteure qui s’est retrouvé entre mes mains mais je suis prête à renouveler l’expérience : un sujet intéressant (inédit pour moi), une écriture facile d’accès et qui « coule » bien. En gros, de mon point de vue, ce livre est bien écrit ; n’ayons pas peur des mots, c’est un bon livre.  

Au premier regard, rien que la couverture est intéressante : des danseuses genre Moulin Rouge, jupons relevés, laissant voir des culottes à l’effigie de caricatures de dictateurs. Ces femmes, dont le métier est certes un art mais qui vise également à divertir les hommes avec leur corps, ne sont peut être pas aussi ingénues que l’on pourrait le penser : sous couvert de frivolité, elles savent deviner la nature profonde des hommes et osent parfois se jouer d’eux. 

Ensuite j’attire votre attention sur le titre : si « Femmes » est au pluriel, « Dictateur » est au singulier, ce qui sous-entend que plusieurs femmes sont associées à un seul dictateur (Bernard Pivot sors de ce corps). Avant même d’avoir lu une ligne de ce livre on comprend que l’auteure ne va pas uniquement aborder la vie des compagnes officielles de ces hommes mais plusieurs femmes qui ont compté dans leur vie. 

En faisant un brouillon de cet article sur Word, j’ai remarqué, en raison d’un bug passager, que le logiciel ne reconnaissait pas le mot « dictateur » ; il le soulignait vulgairement en rouge et cet outil inculte me proposait de le remplacer par « acteur ». Ce n’est peut-être pas tout à fait un hasard, les dictateurs étant sans doute les chefs d’Etat – et les politiciens en général- qui sont le plus en représentation; le couronnement de Napoléon Bokassa ça vous dit quelque chose?

Bien évidemment des centaines de livres sont parus et continuent à paraître avec pour thème les dictateurs. En effet ces hommes sont fascinants et font donc de bons sujets d’écriture. Personnellement je suis fascinée par la façon dont ils parviennent à accéder au pouvoir, par un coup d’Etat ou plus dramatiquement par les urnes. Etant une femme je me demande comment certaines de mes semblables peuvent tomber amoureuse de tels monstres. Mais en y réfléchissant bien, si une population entière peut-être sous le joug d’un seul homme, il n’est pas anormal qu’une poignée de femmes soit sous leur coupe…

Diane Ducret a donc eu la bonne idée de s’intéresser à ces femmes; chaque partie du livre étant consacrée à un dictateur parmi Lénine, Mussolini, Staline, Hitler, Salazar, Mao Zedong, Ceausescu et Bokassa.

Bizarrement je n’ai pas été happée de la même manière par ces différents chapitres : par exemple le récit consacré aux femmes de Salazar m’a peu touchée alors que je me suis prise de passion pour le destin de Catherine Bokassa. De même, j’ai beaucoup apprécié l’angle choisi pour raconter l’histoire du couple Ceausescu : un récit de leur procès entrecoupé de flashes-back.

Bien évidemment si Diane Ducret a mis les femmes des dictateurs au cœur de son livre, elle nous permet aussi d’en savoir plus sur ces hommes très célèbres dont la vie privée est parfois méconnue du grand public. Au final, on accède d’une certaine façon aux coulisses de l’Histoire. A travers quelques histoires d’amour, c’est l’accession au pouvoir -et l’acharnement pour le garder- de ces dictateurs qui transparaît ; je trouve que cela est particulièrement flagrant concernant Mao Zedong par exemple.

Ce n’est pas un livre féministe, écrit par une femme uniquement pour les femmes, dénonçant l’attitude des hommes envers les femmes. C’est un livre qui s’en tient aux faits et à ce titre il est extrêmement documenté ce qui est très appréciable. Le but n’est pas de dire que « derrière chaque homme il y a une femme » ; en tout cas ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti. C’est un livre sur l’Histoire et les petites histoires à travers des rapports humains, les rapports amoureux en l’occurrence.

Si vous n’êtes pas spécialement férus de lecture ou d’histoire, aucun problème : ce livre est très accessible et divisé en parties indépendantes ; on peut donc le lire « en pointillés » étant donné qu’il n’y a pas d’intrigue.  

En conclusion, je recommande fortement cet ouvrage de Diane Ducret. Personnellement je vais acquérir le Tome 2 (consacré, entre autres, aux femmes de Castro et Ben Laden) mais en attendant je vais me plonger dans un livre qui j’espère va me tenir en haleine ! 

emeline
Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire