EN HAUT
27 Avr

Celle qui se parfume

 
 
J’avais très envie d’évoquer avec vous ce sujet car mon rapport au parfum a évolué depuis quelques temps. Le parfum n’est pas vraiment indispensable pour moi. Il m’arrive de ne pas en emporter quand je pars en vacances (surtout au soleil, gare aux tâches!) et je me parfume rarement quand je passe la journée chez moi et je ne suis pas « traumatisée » pour autant. Cependant, je reconnais qu’au quotidien, ce dernier geste du matin avant de partir bosser me rassure : quand on se sent bien avec une fragrance cela donne confiance en soi, vous ne trouvez pas?

Les parfums de mon adolescence étaient peu onéreux. J’ai principalement porté ceux de la marque Eau Jeune – lorsqu’ils avaient une forme triangulaire. Mes préférés étaient Eau Future, Double Je et surtout Bohème. J’ai également porté quelques fragrances de chez Yves Rocher : je suis toujours accro à l’odeur de mûre de cette marque et j’ai également beaucoup aimé Flower Party.

Et puis un jour, à Noël, mes parents m’ont offert l’emblématique Flower de Kenzo. J’étais totalement fan du flacon et l’odeur me plaisait bien. Mais, comme à mon habitude, je n’ai pas souhaité le racheter après l’avoir terminé. Toutefois, cela a marqué le début de mon histoire avec les parfums dits « de luxe » (ceux qu’on trouve chez Sephora, quoi). Au final c’est ma mère qui a ainsi trouvé son parfum signature : cela fait des années qu’elle porte Flower, c’est définitivement son odeur.

Moi, j’ai ensuite porté Miss Dior Chérie. A la fin du flacon j’étais totalement écœurée : impossible de le racheter. Il me dérange toujours aujourd’hui!

J’aime les parfums floraux ou légèrement fruités dont les odeurs « correspondent » à mon âge. Il m’est déjà arrivé de trouver un parfum agréable mais de me dire qu’il sera parfait après 35 ans, qu’il est un peu trop « vieux » pour moi pour le moment. Il y a des parfums auxquels je suis totalement hermétique : ne me parlez pas de Shalimar ou des parfums Thierry Mugler et Lolita Lempicka, souvent trop épicés ou vanillés.

Il y a des parfums que j’ai adoré : Idole d’Armani, Jour d’Hermès puis Si d’Armani. Toujours attirée par la nouveauté, je n’aime pas acheter de parfums sortis il y a des années comme Trésor de Lancôme, par exemple. Il y a encore quelques temps, chaque fois que je terminais un flacon de parfum, je me tournais vers une autre fragrance. Je n’étais pas fidèle à un parfum particulier.

 
En 2014, est sorti le parfum My Burberry. Je me souviens encore des publicités avec Kate Moss et Cara Delevingne. Ce fut un coup de cœur lors du test en magasin !
 
Et, depuis, à chaque fois qu’un flacon se termine, je vais chez Sephora pour voir quelles sont les nouveautés mais rien ne m’a davantage convaincue que My Burberry jusqu’à présent, même pas la version Black. Je me souviens d’un jour où une conseillère m’a fait sentir plusieurs parfums qu’elle estimait être dans mes goûts et avoir finalement beaucoup plus apprécié le petit échantillon Le Ballet Blanc de Repetto qu’on m’a donné au hasard à la caisse !!!
J’en suis au moins à mon quatrième flacon de My Burberry ! Un véritable record pour moi !!! Aurais-je trouvé mon parfum signature? Peut-être pour un petit moment, oui, mais j’ai quand même dû mal à croire que je ne porterai plus que lui, toute ma vie…

N’hésitez pas à me dire en commentaire quel est votre propre rapport au parfum !

Belle fin de semaine !
 
 
emeline
Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire