EN HAUT
18 Jan

Celle qui se fait une toile #9

 

Plusieurs films à l’affiche actuellement sont tentants, c’est finalement Les 8 Salopards de Quentin Tarantino qui l’a emporté lors de ma dernière séance!

J’aime bien ce réalisateur même si je ne suis pas une fan absolue de tous ses films. En effet, je suis plus Jackie Brown que Kill Bill et plus Pulp Fiction que Reservoir Dogs. Mais j’ai beaucoup aimé ses deux derniers longs-métrages (Inglorious Basterds et Django Unchained), ce qui m’a décidée à aller voir Les 8 salopards.

Le pitch : deux chasseurs de primes, John Ruth et Marquis Warren font route ensemble vers la ville de Red Rock (Wyoming) pour y livrer leurs “prises” dont une seule, Daisy Domergue, est vivante. Ils sont bientôt rejoints par le nouveau sherif de la ville. Le blizzard les contraint à s’arrêter dans une auberge où plusieurs hommes sont déjà présents. Détail troublant : les propriétaires de la « mercerie » sont absents.

Très vite la tension entre les personnages est palpable et évidemment, avec Tarentino, on s’attend à un bain de sang, même s’il y a tout de même quelques surprises! J’ai trouvé ce film intéressant, notamment parce qu’il a des airs de pièce de théâtre : il n’y a pratiquement que deux décors différents.

Samuel L Jackson-les-8-salopards

Au niveau du casting, j’ai été ravie de retrouver Samuel L. Jackson mais je dois avouer que j’ai été très étonnée – presque désagréablement surprise – de voir le nom de Channing Tatum apparaître au début du film. Finalement je ne l’ai pas trouvé si mal… L’européen prétentieux n’est pas joué cette fois par le génialissime Christoph Waltz mais par le britannique Tim Roth. Je n’ai rien contre lui mais TOUT le long du film il m’a fait penser à – et donc regretter – Christoph Waltz.

christoph-valse-tim-roth

Verdict? J’ai bien aimé ce film et la façon dont il est construit, divisé en chapitres et avec quelques flashes black. Les personnages sont hauts en couleur et il y a une savante dose d’humour, voire du comique de situation et de répétition qui renforce le côté théâtral dont j’ai parlé plus haut. J’ai adoré cet aspect! Le film dure près de trois heures mais n’est pas du tout ennuyeux, allez-y!

Petit conseil: couvrez-vous bien pour aller voir Les 8 Salopards! On entend le bruit du blizzard pendant tout le film et la neige crée un vrai “climax”… frissons garantis!

Bon film!!!

emeline
2 Commentaires
  • Bonnie Parker

    Super d’avoir ton avis, je suis une fan de Tarantino, et je n’avais pas encore eu de vrais échos sur ce film. Maintenant j’ai très envie d’aller le voir 🙂

    18 janvier 2016 à 21 h 30 min Répondre

Laisser un commentaire