EN HAUT
27 Juil

Celle qui cherche un déodorant naturel

photo une déodorants

 

Fin des vacances, reprise du boulot… j’avoue avoir dû mal à reprendre un rythme normal et à publier autant d’articles que je le souhaiterais ; c’est comme si flottait toujours un air de vacances dans mon esprit et que seule la « rentrée » de septembre (totalement fictive, étant diplômée depuis 2011!) remettra tout mon emploi du temps sur les rails. Mais je suis ravie d’avoir trouvé le temps et l’énergie de vous concocter cet article sur un sujet moins futile qu’il n’y paraît, le déodorant!

Vous le savez peut-être, je me tourne en général vers le bio pour mes soins visage mais, en ce qui concerne le déodorant, j’avoue avoir longtemps privilégié l’efficacité et le parfum. Par conséquent, je n’ai jamais ressenti le besoin d’aller chercher plus loin que le traditionnel spray anti-transpirant Rexona : trouvable partout, peu cher et efficace – en tout cas sur moi. Il y a quelques années j’avais déjà testé des déo en spray sans sels d’alu, notamment celui de la marque Sanex, mais je n’en avais pas été satisfaite et je l’avais même trouvé irritant. L’expérience fut de courte durée.

Et puis, la peur des sels d’aluminium et l’attrait pour les compositions naturelles ont pris le dessus il y a quelques mois, après avoir beaucoup entendu parler de deux grandes marques de déo naturels : Schmidt’s et Soapwalla. Il s’agit de déodorants en pots à base de bicarbonate et d’huiles essentielles (je schématise à fond). J’ai finalement jeté mon dévolu sur le premier – le moins cher des deux – que j’ai commandé sur Mon Corner B.

Schmidt's Bergamot Lime Deodorant
J’ai choisi le parfum bergamote-citron vert et je n’ai pas été déçue, il sent vraiment très bon. Niveau packaging, on est loin des déodorants classiques: le produit est en fait une pâte à prélever à l’aide de la petite spatule fournie. Il faut ensuite chauffer légèrement la matière entre les doigts puis l’appliquer sur les aisselles ; un geste loin d’être habituel mais qui au final ne m’a pas du tout dérangée (je me suis étonnée moi-même). Bon j’étais quand même un peu dégoûtée de voir la version stick sortir la semaine suivant la réception de mon petit colis mais après avoir comparé le prix par rapport au poids je me suis vite consolée (#radine).

Je l’ai trouvé efficace en termes d’odeur, même le parfum du produit disparaît dans la journée ; au final, le soir les aisselles ne sentent…rien. Étant habituée aux anti-transpirants, je reconnais que les aisselles peuvent être très légèrement plus humides avec ce produit mais rien de grave, aucun « accident » à déplorer en ce qui me concerne. Ça commençait bien! Sauf qu’après quelques semaines d’utilisation, mes aisselles ont été irritées et j’ai mis des semaines à me débarrasser de ces rougeurs. J’ai d’abord tenu les huiles essentielles pour responsables et j’étais prête à acheter la version du déo Schmidt’s sans parfum quand plusieurs retours négatifs d’autres personnes, dont Eva, m’ont fait douter. C’est finalement peut-être le bicarbonate que je ne tolère pas! Je n’ai toujours pas la réponse aujourd’hui.

J’ai donc laissé mon déo Schmidt’s de côté, mais pas ma détermination! J’ai sacrifié l’idée d’une compo parfaitement naturelle, privilégiant surtout l’absence de sels d’alu. J’ai trouvé en supermarché le stick dermo protector Sanex, dont j’adore l’odeur: il sent bon le propre. Je n’avais pas un bon souvenir de ce type de texture mais finalement, il sèche assez vite (c’est quand même bien mieux qu’un déo bille).
 
Sanex dermo protector
Il est correct mais certains jours, du genre chaleur + haut synthétique + grosse journée, je sens qu’il a ses limites alors que je n’avais aucun souci avec mon vieux Rexona.

J’en viens à penser que le spray reste décidemment la meilleure solution pour moi. S’ils ont été à la mode il y a quelques années, j’ai constaté qu’aujourd’hui il y a moins de déodorants spray sans sels d’alu. J’ai remarqué que le problème de ces produits est leur parfum pas forcément délicat, alors il n’est pas évident de choisir quand l’offre est déjà restreinte à la base… Finalement j’ai opté pour la marque Cadum et la gamme micro talc.
 
cadum déodorant micro talc
J’ai successivement acheté celui à la pivoine puis celui verveine-citron. Dans les deux cas j’ai eu du mal avec les odeurs au bout d’un moment et l’efficacité, tout juste correcte, ne m’a pas laissé un sentiment impérissable.
 
Devrais-je redonner sa chance au déo Schmidt’s (en prélevant de plus petites quantités et en l’utilisant en alternance avec autre chose) ? Je n’ose pas…
Je suis finalement partie en vacances avec mon stick Sanex, produit que j’utilise le plus souvent actuellement mais dont je ne suis pas à 100% satisfaite. Je déteste ne pas me sentir « sûre » de mon déo alors qu’à la base je n’ai aucun problème de transpiration et que les déo classiques me convenaient très bien. Justement, je pense de plus en plus à y retourner…
 
Oh attendez! Schmidt’s a sorti un nouveau déo au géranium sans bicarbonate et les baumes Clémence et Vivien ont l’air chouette aussi!

Affaire à suivre…
 
 
emeline
1 Commentaire
  • Marie

    Il y a la gamme Daydry à base de probiotiques qui est top aussi. J’utilise le spray en ce moment, et pas d’accident ni d’irritation 😉
    Un article tout sauf futile!!

    13 août 2016 à 14 h 37 min Répondre

Laisser un commentaire